Remettez vos K-way, Raph nous emmène en Islande !

Voyage à vélo en Islande
Voyage à vélo en Islande

“Remettez vos K-way…”, pour les nouveaux, c’est un petit clin d’œil à mon périple en Écosse relaté ici : Enfilez vos k-way, je vous emmène en Écosse

C’est donc en Islande que nous allons cette semaine avec Raphaël. Une destination qui était d’ailleurs en concurrence direct avec l’Écosse lors de mon premier voyage à vélo et qui pour une question pratique avait été écartée. Depuis j’ai régulièrement retravaillé l’itinéraire qui attend toujours sagement sur Google Map !

En attendant que je réserve le vol, Raphaël se charge de vous faire patienter ;)

Salut Raphaël, peux-tu te présenter en quelques mots ?

J’ai 27 ans, je vis a Nîmes dans le Gard, après des études de droit je me suis orienté vers un métier de l’immobilier. J’ai toujours été un passionné de nature majestueuse et vierge (volcan, glacier, animaux…).

Dix jours avant ce voyage, en 2011, je n’avais plus touché un vélo depuis 10 ans, je l’ai payé par la suite…

Pourquoi avoir choisi l’Islande comme première destination ?

J’ai fait l’Écosse et la Norvège en sac à dos en 2008 et 2010. La rudesse du sac ainsi que la limite géographique qu’il impose m’ont poussé à remettre en question ce type de voyage.

Côté sport, je pratique le tennis depuis l’âge de 12 ans de façon assez régulière, souvent avec un ami François, qui lui aussi cherchait une façon différente de voyager.

De ce fait, nous étions à la recherche d’un mode de voyage permettant de visiter une grande zone géographique, économique et qui pourrait constituer une forme d’exploit ou de dépassement de soi.

La solution nous est apparue de façon lumineuse à la FERIA des vendanges 2010 : “in vino veritas” :)

Abstraction faite des commentaires répétés sur internet de la difficulté d’un tel voyage en Islande, nous avons décidé d’en faire notre première destination “cyclo”, tant ce pays nourrissait nos fantasmes depuis des années.

L'Islande à vélo

Godafoss

Tu as fait ce voyage seul ?

Non, je suis parti avec 2 amis, François et William 27 ans eux aussi, pratiquant beaucoup plus le vélo que moi à cette époque.

D’un point de vue mental, j’ai énormément de respect pour les “cyclos” qui voyagent seul et sur de longue durée, mais en même temps j’ai du mal à comprendre comment ils font pour aller au delà de la frustration de ne pas partager les moments magique d’un voyage.

En effet, le cœur du voyage est l’Islande, mais il y a tout les moments d’excitation dans la préparation du voyage, dans le partage des infos, l’itinéraire… qui vous font sentir aventurier, conquérant et témoin d’une aventure humaine.

De plus, passer cinq semaines en camping et sur la route forge des liens beaucoup plus fort qu’une amitié vieille de plusieurs années, cela se ressent dans les moments extrêmes du voyage, car dans la difficulté on ne peut plus tricher.

Quel fut votre itinéraire ?

Une carte sera plus explicite :

A quoi il faut ajouter Vik – Jokulsarlon en stop pour aller voir le lac d’iceberg et le retour en bus depuis Akureyri.

A quel période y étiez-vous ?

Du 27 juin au 2 aout 2011.

J’imagine qu’il y a eu quelques passages de gués sur les pistes, ça n’a pas posé de problèmes ?

Toute la zone de piste (60 Km) autour du camping du parc Landmanalaugar est plein de gués. Le record fut de 18 sur 25km ! On ne peut pratiquement jamais passer en roulant et sur certains il faut plus ou moins porter le vélo pour éviter que les sacoches ne prennent l’eau. Je conseil l’achat de chaussettes en néoprene car l’eau étant proche de zéro (elle vient du glacier !) on ne sent plus ses mollets au bout de deux minutes, donc redémarrer n’est pas évident.

 

L'Islande à vélo

Piste F208

Qu’en était-il de la météo ?

Dans mon souvenir la météo n’est pas trop changeante par rapport aux autres pays du nord, le temps du matin sera souvent le temps pour la journée. Sur cinq semaines, le soleil s’est imposé péniblement sur cinq ou six jours, mais les jours de pluie n’étaient pas non plus excessifs. Par contre le vent est un véritable enfer ! Impossible de prévoir son évolution, il tourne tout les jours et dans le sud il souffle des fois a plus de 70 km/h. La pire journée, en partant de Selfoss en direction de Vik, nous avons fait 25km en 8h à se casser les genoux.

Peut-on compter sur les villages inscrits sur la carte pour prévoir les ravitaillements ou seule les villes comme Akureyri sont équipés de supermarchés ? Nous avions passé une journée complète sur l’île de Skye en Écosse à aller de villages fantômes en villages fantômes, avec la pluie et le froid ça s’était fini en fringale, ça m’avait servie de leçon !

Le pays est bien fait pour les touristes campeurs, on trouve un camping tout les 50 km en moyenne, ils sont très chaleureux grâce à leur pièces communes équipées de plaques de cuisson et où les gens se rencontrent facilement. Leur seul défaut sont les douches qui malgré leur odeur de souffre volcanique sont souvent bien trop froide. Il n’est pas rare de pouvoir récupérer de nombreux équipements ou nourriture laissés par les autres campeurs.

Pour le ravitaillement, si l’on reste sur les routes goudronnées on peut trouver tout les jours de quoi se nourrir, mais sur les pistes qui traversent l’intérieur des terres il faut prendre plusieurs jours de nourriture d’avance car dans le meilleur des cas vous ne trouverez qu’un paquet de gâteau a acheter dans un camping et il sera hors de prix. La nourriture la plus adaptée me semble être des nouilles le matin, sandwich jambon fromage le midi, pâtes/knaki le soir (sauce à varier!), le tout agrémenté de 2 paquets de gâteaux dans la journée (5€/jour).

Pour l’eau, vous aviez un filtre ? Les rivières sont fréquentes je pense.

Non pas de filtre, les gourdes étaient remplies le matin au camping ou dans la montagne, il y a beaucoup de cours d’eau. L’eau venant directement du glacier, le danger me semble minime.

L'Islande à vélo

Piste F35

Question bête mais je la pose tout de même pour la forme ! Le camping sauvage, il suffit de s’arrêter quand tu en as envie et planter la tente, ça ne pose jamais de problème ?

Nous n’avons fait que quatre nuits en camping sauvage, parce qu’il est très difficile à pratiquer, à part chez l’habitant. Les terres sont remplis de pierres volcaniques qui déchirent les tissus des tentes. Puis à cinq euros la nuit par personne en moyenne dans les campings, à l’abri du vent, avec la douche et une salle commune, le choix est vite fait !

Combien de kilomètres journalier faisiez-vous en moyenne ?

C’est pas mal vallonné sur les pistes, mais pour le reste beaucoup moins qu’un pays comme l’ Écosse. Le goudron est souvent abrasif, ils faut prévoir de bons pneus. Nous faisions entre 50 et 80 km par jour pour un total de 1500 km. Les pistes sont généralement difficiles avec des portions horribles en “tuiles”. Je pense qu’il faut une bonne semaine de préparation physique. Je connaissais mal mon vélo et ai eu une tendinite pendant cinq jours qui nous a fortement ralentie. Les dix premiers jours furent assez dur avec une perte de poids de 6 à 7 kg par personne.

L'Islande à vélo

Myvatn

Quelle sont les lieux ou portions que tu conseillerais sur cet itinéraire ?

Ma route préférée est la montée sur le volcan Helka pour se rendre ensuite à Landmanalaugar, beaucoup de paysages différents se mêlent, on se croirait parfois sur la lune.

Le passage à l’intérieur des terres entre les glaciers est superbe ainsi que les randonnées sur le lac Myvatn. Mieux vaut éviter la portion entre Vik et Jokulsarlon qui est très pluvieuse et venteuse, mais elle aboutie au lac d’iceberg qui est majestueux.

A voir aussi les nombreuses chutes d’eaux “Foss” dans le sud et au nord, avec une mention spéciale pour Detifoss qui figure dans l’intro du film Prometheus de Ridley Scott (on nous a interdit de prendre des photos à cause du tournage !).

Les petits villages de pêcheurs sont tous pittoresques et superbe, surtout au nord.

Prévoir un maillot pour les sources d’eaux chaudes turquoises.

Nord oblige, les routes sont calmes et les touristes peu nombreux n’est-ce pas ?

Les routes sont assez calmes. On croise pas mal de cyclos et de Français en camping car ! Les pistes du centre ne sont autorisées qu’aux gros 4X4 style “monster truck” pour les passages de gués, du coup à certain moment ça fait un peu “Dakar”. Un “good guy !” balancé à la fenêtre sur une piste dans une
montée à 19h vaut tout les produits dopants !

Voyage à vélo en Islande

Piste F35

Qu’est-ce que tu peux nous dire sur les Islandais ?

Les islandais sont assez froid au premier abord mais sont extrêmement serviables. Ils sont peu nombreux et isolés donc très content de rencontrer des étrangers.

On peut aussi dire que les Islandaises sont parmi les plus belles filles au monde. Certains soirs à REKJAVIK on se croirait dans une série américaine. Et comme souvent, les Français sont très appréciés à l’étranger. Prévoyez l’hôtel ;)

A Rekjavik et Akureyri les jeunes islandais ont une passion bizarre, le Runtour, qui est une sorte de Fast and Furious à la tombée de la nuit…

Si tu as des conseils auquel je n’aurais pas pensé n’hésite pas…

Mon seul conseil serait sur le matériel. Nous sommes adeptes du minimalisme. Trois sacoches à l’arrière suffisent a mon sens.

Ne négligez pas les outils car il n’y a aucune possibilité de réparer entre le sud et le nord.

L’idéale serait de prendre des pneus lisses pour la route et des pneus VTT pour les pistes afin de gagner du temps.

Une bonne petite canne a pêche pourra faire évoluer les repas.

Il y a un camping a 2 km de l’aéroport, c’est très pratique pour y déposer les sacs de transports des vélos en sortant de l’avion.

Je sais que tu es allé en Écosse depuis, apparemment le voyage à vélo et le nord t’ont plu, quelle sera ta prochaine destination ?

Oui cet été en aout nous avons fait le tour d’ Écosse à quatre sur trois semaines, un beau parcours mais très vallonné et pluvieux.

La Nouvelle Zélande reste la “rolls” à mon sens mais compliqué à planifier pour l’instant (durée, saison, coût).

Je n’envisage pas ce type voyage d’une autre façon qu’a plusieurs,mais le groupe est à limiter si l’on cherche un plus grand rendement sportif. Ma prochaine destination sera surement le tour de France.
Merci pour ton témoignage. Ces pistes donnent sacrément envie d’aller y mettre ses roues !

Allez, on se quitte en vidéo et en musique :

Prêt à en découdre ?

Vous préparez actuellement votre premier voyage à vélo ? Ce guide extrêmement synthétisé vous permettra de faire les bons choix et de disposer des bonnes informations en un minimum de temps.

Disponible de suite au format KINDLE ou PDF.

A propos de l'auteur Voir tous les articles Site web de l'auteur

BS

7 CommentairesEcrire un commentaire

  • Trop fort Bertrand, je dis dans un commentaire d’Instinct Voyageur (si j’ai bonne mémoire) que l’Islande pourrait devenir un jour la destination de mon premier voyage à vélo et là hop, tu nous dégotes l’interview qui va avec. Donc moi je recommande l’agence de voyages Le Braquet de la Liberté !!
    Par contre, à vélo avec un vent à 70km/h dans le nez, là respect, c’est rude !!

    • J’avais lu que l’Islande t’intéressait mais je n’avais pas percuté que tu envisageais sérieusement le faire à vélo. L’article était prêt depuis un moment mais je devais faire passer la série d’interviews avant plus le bilan, donc il est arrivé seulement aujourd’hui.
      C’est sûr que les 70 km/h de vent mieux vaut les avoir dans le dos, mais les paysages sont là pour te faire oublier la difficulté. Le plus dur ce n’est pas l’effort, c’est le bruit ;)

    • Je n’aime pas louer une voiture durant mes voyages, faire un road trip comme on dit. C’est peut-être un peu idiot mais être assis pépère derrière un volant est à mon goût très ennuyeux (je n’aime pas conduire) et trop facile. Ça n’a plus le goût du voyage. Les transports publics sont plutôt limités en Islande et pareil pour le stop, pas assez de circulation. Du coup, le vélo semble être la solution qui me conviendrait le mieux. Un projet à mûrir !

  • Hi,
    bon article, avec cette fois des questions plus personnalisées…. On sent l’envie d’un voyage prochain…
    Je reviens cependant avec la même question : comment se protéger de la pluie sans bouillir de l’intérieur, ou tout simplement comment rester sec dans l’effort ?
    Carl.

  • Bonjour,
    Nous prévoyons de partir en Islande cet été en vélo avec un itinéraire qui se rapprocherait du votre.
    Quelques questions : avez vous pris le bus ? 4 vélos dans le bus est-ce possible ? Sinon, si vous n’avez pas pris le bus, vous êtes revenus sur vos pas (traces ?) c’est ça ou comment avez-vous fait ?
    Merci
    Anne

    • Bonjour Anne,

      C’était un article invité, qui date un peu maintenant et je ne serais pas en mesure de retrouver le contact de l’auteur.

      Personnellement je ne suis pas en mesure de vous répondre.

      Peut-être faudrait-il faire une recherche sur voyageforum.