Vol en voyage à vélo


Une évidence pour quiconque ayant déjà voyagé, une question supplémentaire lorsque l’on s’apprête à se mettre en selle pour la première fois.

Qui n’a pas éprouvé un brin d’inquiétude au moment de laisser plusieurs mois ou années d’économie sur le bord de la route, sans surveillance ?

La question m’a été posé dernièrement je vais donc y répondre par le billet de ce court article.

L’évidence c’est qu’il n’y a pas de solution miracle. Il faut se faire une raison et accepter les risques tout en faisant le maximum pour éviter l’incident.

La réflexion est simple. Est-ce que vous voyagez pour être stressé ? Je suppose que non. Est-ce qu’être stressé vous protégera des risques ? Non plus

A partir de là, autant aborder le problème sereinement

  • De manière générale, il est préférable de poser le vélo bien en évidence dans une zone de passage. Vous pouvez aussi bien être en visite qu’à la terrasse du café d’en face. Personne n’a le moyen de le savoir.
  • Lorsque vous entrez dans un supermarché, essayez autant que possible de placer le vélo de sorte à ce qu’il soit visible de l’intérieur.
  • A l’hôtel, entrez le vélo dans la chambre. Le cas échéant il doit être au minimum dans une zone inaccessible aux passants (je n’ai fait qu’une exception, c’était au Japon !).

D’autres précautions à prendre

  • L’antivol est obligatoire. Préférez l’antivol à code à l’antivol à clé. Après plusieurs jours de pluie en Écosse  ma clé rouillée avait cassée dans l’antivol. Ce jour-là, la chance était heureusement de la partie. Je ne sais pas si la fatigue en était la cause ou s’il y a eu une intervention divine, mais il s’est avéré que j’avais accroché l’antivol autour du cadre sans prendre ni le poteau ni la roue. Je pencherais d’avantage pour l’intervention divine ! J’en profite pour préciser que dans la mesure du possible il est préférable d’accrocher le vélo à un poteau tout en prenant et le cadre et la roue.
  • Bien sûr vous devez avoir les papiers importants sur vous des lors  que vous quittez le vélo. Je prends généralement la sacoche de guidon avec moi comportant l’appareil photo et les papiers et laisse le reste telle quelle. Avoir quatre ou cinq grosses sacoches accrochées au vélo est dissuasif en soi.
  • Certains préconisent de mettre la vitesse maximale pour ralentir le voleur dans sa fuite. Je ne l’ai personnellement jamais fait et quand bien même je m’attarderais sur ce point j’aurais plutôt tendance à faire l’inverse. Quelqu’un d’un minimum sportif emmènera un braquet VTT sans problème et vous risqueriez de ne plus le revoir. En contrepartie s’il part en sprint sur la vitesse minimal il a des chances de se faire mal. Mieux encore, si l’endroit ne vous inspire vraiment pas, posez la chaine sur le cadre et il pédalera dans le vide.
  • Évidement il est préférable de ne pas exposer d’objets de valeur que ce soit sur soi ou sur le vélo, car quand on cherche les ennuis les chances de les trouver sont importantes. C’est un principe de base en voyage que j’imagine, tout le monde aura le bon sens d’appliquer naturellement.

Quand bien même vous ne retrouverez plus votre vélo à l’endroit où vous l’aviez laissé, il reste la solution Prey pour mener l’enquête soi-même. Si les Singapouriens ont retrouvé le vélo d’un voyageur malheureux en deux temps trois mouvements en visionnant les caméras de surveillances, tous les pays ne tiennent pas à leur image de marque au point déployer une équipe à votre cause.

J’ai en tout et pour tout été victime d’un vol de compteur en Turquie. Habituellement je l’emportais avec moi et ce jour-là je l’avais oublié sur le vélo.

C’est plutôt faible comme bilan après plus de 30 000 Km.

A propos de l'auteur Voir tous les articles Site web de l'auteur

Bertrand

C'est à la suite d'un tour du monde à vélo réalisé entre 2011 et 2012 que ce blog a vu le jour avec pour objectif de mettre à disposition du futur voyageur, au long cours ou en vacances, les informations nécessaires à sa préparation.

25 CommentairesEcrire un commentaire

  • La question des pochettes me pose problème. Si tu es en voyage long court, et que tu ne vas pas à l’hôtel. Tu souhaites te balader, tu attaches ton vélo certes, mais toutes tes pochettes de devant, de derrières ne sont pas cadenassés, si ?

    Pour ce qui est du stress “la peur n’évite pas le danger” comme on dit.

    Il m’est arrivé une fois de “louper” la barre d’attache. Le lendemain, mon vélo avait disparu. Les voleurs ne perdent pas le “Nord” à Paris !

    • Il existe chez Ortlieb un câble (que je n’avais pas) pour sécuriser les sacoches : http://minu.me/8syi
      Ce qui n’empêche pas de voler ce qui se trouve à l’intérieur de la sacoche ou même le vélo.
      A paris, même avec les sacoches sécurisées et le vélo accroché à un poteau je ne le laisserais pas seul dans la rue.
      En générale quand j’arrive dans une grosse ville c’est pour y faire une pose, donc je n’ai jamais à laisser le vélo seul longtemps, mais au fin fond de l’Écosse ça n’était pas un problème :)

      Il faut vraiment être né avec le vice dans la peau pour aller voler le vélo d’un voyageur qui transporte toutes sa vie avec lui. J’ose espérer, naïvement, que cela suffira à moraliser une partie des indésirables !

  • Il y aussi la solution de laisser le vélo et les sacoches chez le petit épicier du coin. C’est souvent possible dans les grandes villes comme les petites. Z plus forte raison dans les petits bleds…
    Camus

    • Merci, je n’y avait pas pensé. Ça m’est arrivée une fois car l’hôtel n’avaient rien pour entreposer le vélo.
      Bertrand.

  • Et que pensez vous du cadena Abus 4850 qui se monte sur le cadre au même endroit que le frein arrière ?
    Toujours disponible, facile d’usage, il bloque le vélo.
    Ça et un cable boucle pour la nuit me semble une élégante solution.
    Carl.

    • Pourquoi pas. Certains vélos sont équipés de ce système d’origine, mais j’ajouterais le câble le jour aussi et surtout le jour d’ailleurs. Dans le noir et souvent dans le bois, ça va être difficile de partir avec la roue arrière bloqué. Mais en ville il est plus facile de trainer le vélo. Mais c’est vrai que c’est une sécurité de plus, on ne le voit pas à première vu et ça me semble difficile à couper (800gr de plus par contre!)
      Bertrand.

  • Pour ma part j’aurais trop peur d’oublier mon code pour l’antivol, je préfère donc privilégier la clé à ma tête ; et un peu de dégrippant réglera les problème de clé cassé dans le cadenas.
    Après, l’éternel problème est le rapport entre sécurité de l’antivol et son poids. Plus il est “secure”, plus il pèse !
    J’avoue que du coup, à Paris je privilégie le bon gros U avec un petit antivol pour la selle ainsi que des vis sécurisées pour les roues : parano le mec… Mais j’ai vu le vélo d’un ami se faire voler en soirée alors qu’il avait un antivol de compète. Une barre de fer à suffit à l’arracher et ce devant des dizaines de passant !
    En lisant ton article je me dis que les parisiens sont parmi les rares citadins du monde à avoir assez de vice pour voler n’importe quel vélo dans n’importe quelle situation. J’en ai perdu 4 dans la capitale depuis que je pédale, et toujours dans des situations différentes…

    • Salut Tony,
      C’était ma principal inquiétude, oublier le code. J’ai mis le même que celui de ma carte bancaire et je l’ai noté quelque part dissimulé dans un faux numéro de téléphone. Ça m’évite de paumer les clés !
      A Tokyo tu peux laisser ton vélo n’importe où sans antivol et avec la quasi certitude qu’il sera là au retour. En Alaska ils laissent la maison ouverte en partant au travail… Comme la vie serait agréable si l’on pouvait nous aussi relâcher la garde de temps en temps :)

  • Très belle performance, à Paris au bout de 10 km, un ami s’est fait ravir le sien. Que penses-tu des vélos pliants 26 pouces ? J’ignore si c’est aussi agréable qu’un vrai VTT/VTC, et le prix est tout de même deux fois plus élevé en raison du gain de place.
    Quant aux antivols avec code, oui et non. Non si c’est un bon marché. Ils se cassent bien trop simplement, quand l’usure matérielle aidée par le côté plastique du machin a décidé qu’au bout d’un an ils ne fonctionneraient plus. Mieux vaut un bon U inoxydable avec sa clef inoxydable de toute façon

    • Je vois l’intérêt d’un vélo pliable à la ville au quotidien, pour prendre les transports en commun… mais en voyage jamais ça ne m’a traversé l’esprit. Surtout qu’en 26 pouces j’imagine que ça prend un peu de place quand même.
      Il y a des cadres “classiques” aussi qui ne sont pas vraiment pliable mais qui se démontent en deux parties, c’est aussi costaud qu’un cadre “monobloc” mais pareil, je ne cerne pas bien l’utilité de ce genre de vélo en voyage.

  • Salut, je trouve ton billet très intéressant. Le Vélo est en effet un très bon moyen de transport. Cela pose effectivement quelques contraintes. Je pense que certaines villes ou certains pays sont plus adaptés que d’autres pour se déplacer à vélo, que se soit pour les emplacements ou le mettre, les pistes cyclable ou même les voles. Je pense que ta prudence justifie le faible nombre de vole.
    Merci pour ces conseils.

    • Bonjour,
      Je n’en pense rien de particulier, je ne sais pas si cela est dissuasif. D’instinct je n’en ressent pas le besoin mais si vous le sentez mieux comme ça pourquoi pas.

  • Au Mexique, malgré la réputation moyenne du pays, je n’ai jamais eu de problème de vol, et pourtant je laisse mon vélo devant les supermarchés pendant mes petites courses. J’ai plus confiance qu’en France. Pourquoi ? Parce qu’ici, sur les parkings, il y a des employés qui rangent les caddies, et des vigiles. Cette présence dissuade les voleurs de couper les antivols, ils seraient vite repérés, surtout qu’il y a peu de vélos. Il y a quelques temps, j’ai perdu mes lunettes sur un parking, un vigile m’a attendu pour me les restituer.
    A propos d’antivol, une anecdote : un franco-mexicain vivant aux Etats-Unis et ayant une voiture immatriculée dans ce pays a trouvé un truc quand il vient au Mexique : il accroche un chapelet au rétroviseur, ainsi peut-il passer pour un chicano, (Mexicain vivant aux USA)et non un touriste yankee, ce qui réduit le risque de vol, paraît-il
    Moi j’ajouterai bien une vierge sur ma sacoche de guidon…

    • J’ai souvent eu plus confiance à l’étranger qu’en France ! Sans doute parce que je suis au courant des vols en France.
      En Ecosse j’avais posé mon porte feuille sur une sacoche le temps de m’enfiler un gâteau et en partant je l’ai oublié et il est tombé. La personne qui l’a trouvé à couru pour me le rapporter mais plus jamais je n’ai posé mon porte feuille ailleurs qu’à sa place :).

  • Salut,
    Et le Bicycode alors? Je suis étonné de ne pas trouver d’infos à ce sujet ici.
    Certes ça n’empêchera pas votre vélo d’être volé, mais peut vous permettre de le retrouver. C’est utile dans le cas où le vélo serait volé en France. En revanche:
    “Le codage BICYCODE® est compatible avec une éventuelle future inter-opérabilité des bases de données européennes.”
    Je n’ai pas encore fait marquer mon vélo mais ça me paraît utile avant de partir, non? (pour 5€…)

    En ce qui concerne les conseils pour éviter le vol, je partage avec vous un article (super intéressant):
    http://www.bicycode.org/tests-antivols.rub-21/les-4-regles-d-or.rub-22/

    Sur leur site, y a également des tableaux comparatifs des antivols, avec des classement selon le temps et outils requis pour neutraliser ces antivols.

    • Salut Marco, je ne connaissais pas le Bicycode, j’avais par contre noté dans l’article sur les logiciels à utiliser un voyage un principe équivalent qui permettait de localiser l’ordinateur ou le téléphone et donc le vélo mais on n’emporte pas forcément tout ce matériel pour un voyage de deux semaines.
      Tout ce que l’on peut améliorer en vue de retrouver le vélo ou ne pas se le faire voler est bon à faire. 5€ ce n’est pas la ruine en effet.

  • Je me pose la question d’assurer mon vélo.
    Pas de retour d’expérience de personnes ayant traité avec des assurances vélo après vol? (c’est toujours après incident qu’on se rend compte de la qualité de son assureur…)

    • Personnellement je n’ai jamais assuré mon vélo, mais je vais tacher de me renseigner. Je reviendrais ici si j’ai des infos.

  • Bonjour Bertrand,

    je suis un cycliste de l’allemagne et je trouve votre info très util et bien écrit. Mais je ne suis pas d’accord avec l’antivol a code. Les antivols a code sont beaucoup plus facile a “ouvrir” que les (bons) antivols a clef. Moi j’utilise une chaine qui est fait pour des motos (Abus city chain). C’est lourd. Mais je préfère d’emmener cette chaine et avoir la tête réposé. Mon vélo coute quand même plus que 4000 euro et j’emmène toujours la chaine pour fixe le cadre et la roue arriere a un pole out autre objet fixe et le cable pour sécurité supplementaire. Si le vélo est volé c’est une catastrophe et ca prend du temps de trouver un remplacant … Surtout quand on est dans le paysage quelque part.

    Cordialement
    Oliver

    • Bonjour Olivier,
      Merci pour votre message.
      C’est sûr que la chaine de moto sera plus sécurisante qu’un cadenas de vélo mais plus lourde aussi, c’est un choix qui se justifie pour un vélo à 4000€ :).
      Cordialement.

  • Bonjour, personnellement j’essayetoujours de laisser mon vélo chez les pompiers. Ceux cisont très comprehensifs, ouverts jour et nuit, non cambriolés (enfin je crois) et souvent proche des centre-villes.
    De plus si vous avez un pépin ils se mettent en quatre pour vous aider.

  • Article plein de bon sens, et qui essaye de dédramatiser car bien souvent la peur n’a guère de fondement et nous gâche la vie. Nous voyageons depuis des années, à part un compteur à Istambul (quelle idée aussi de l’avoir laissé sur le vélo) et un fanion en Australie, pas de vol. Et pourtant on les laisse partout avec tout le barda, lors des visites et des courses notamment. Un antivol pour deux, ils sont attachés ensemble par les pédaliers (ce sont des vélos couchés) et on se sent tranquilles. Certes on n’est pas à Paris mais l’article traite du voyage…

    • Les vélos couchés ça doit être bien dissuasif aussi, entre l’encombrement et le fait qu’ils découvrent probablement ce drôle d’engin pour la première fois dans de nombreux pays…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *