La Laos à vélo

Il y a en Asie du Sud-Est un quelque chose qui fait que je n’accroche pas complètement. La côte thaïlandaise était un paradis terrestre, j’ai rarement pris autant de plaisir que sur les pistes cambodgiennes, l’énergie débordante des enfants fut une réelle bouffée d’oxygène… Et pourtant, en quittant le Vietnam pour me rendre au Laos, je n’attendais qu’une chose : arriver en Chine, pour ne pas dire en Alaska ! J’étais fatigué de cette usine à touristes qu’est l’Asie et parmi lesquels, souvent, je ne trouvais pas ma place, me sentant doublement étranger !

Bref, le Vietnam m’avait porté le coup de grâce et j’avais besoin de renouveau lorsque…

Le Laos à vélo

Piste du Sud du Laos.

Le calme a fait son retour

C’est à Lao Bao que j’ai franchi la frontière Laos/Vietnam, et comme pour l’Inde j’aurais pu écrire les 7 bonnes raisons de ne jamais pédaler au Vietnam tant ce pays est peu adapté au voyage à vélo.  J’étais très impatient d’arriver au Laos sans toutefois avoir de grands espoirs pour la suite, mais quelques mètres plus tard je fus vite rassuré : pas un chat sur les routes et par conséquent pas de coups de klaxon incessants. Entre les villages : la nature. Je n’y croyais plus : a “l’entre-villages” plus qu’à la nature !

Le plus marquant fut l’arrivée à Vientiane par la grande avenue où se trouve « l’arc de triomphe » (Patuxai), seul ou presque. Assez seul pour couper les rondpoints. La ville n’est d’aucune agitation : peu de monde, peu de bruit et pas de désordre. Drôle de capitale ! On est très loin des monstrueuses Ho Chi Minh ou Bangkok où lorsque vous posez vos sacoches à l’hôtel vous vous félicitez d’y avoir survécu !

Le Laos à vélo

Patuxai – Vientiane.

Enfin, le camping sauvage redevient un plaisir !

Dans la partie sud du Laos quelques minutes suffisent pour trouver un emplacement idéal pour la nuit. Passé Vientiane cependant, direction Luang Prabang, ce sont les montagnes et naturellement c’est un peu plus compliqué. Rien de dramatique néanmoins, ça reste plus simple que presque partout ailleurs en Asie du Sud-est.

Le Laos à vélo

Bivouac dans les rizières laotienne !

Et les routes sont géniales… Bien que dures !

Passé Lao Bao (itinéraire ici), j’ai emprunté la route principale AH16/9E quelques kilomètres avant de bifurquer à droite par la première piste venue. L’objectif était de rejoindre la route 122 puis Nakhon Phanom. Seulement se faire indiquer la route dans le Sud-Est relève du défi ! J’ai donc fait un énorme détour par les pistes pour me retrouver finalement à Savannakhet. Google Maps n’indique pas de jonction entre la piste et la 122, ma carte l’indiquait, je pense savoir où je me suis trompé mais c’est sans certitude.

Quatre-vingt kilomètres de “perdus” si mes souvenirs sont bons, mais ça en valait la peine. La piste c’est toujours l’aventure, au moins en apparence ! Celle-ci est dans l’ensemble très roulante. Très poussiéreuse aussi : les voitures soulevaient des nuages de poussière énormes et danses et avec la transpiration, en fin de journée, vous ressemblez à cela :

Le Laos à vélo

Dilemme : se laver avec un demi-bidon (500ml) ou le boire !?

C’est donc par la route 13 que j’ai rejoint Vientiane depuis Savannakhet. Il s’agit d’un axe principal, mais vous y êtes très bien : la circulation est infime.

Jusque-là c’est tout plat et sans aucune difficulté, ensuite on attaque les choses sérieuses : la montagne. Vientiane, Vang Vieng, Luang Prabang, Boten, toujours par la route 13.

C’est un enchaînement de montagnes non-stop jusqu’à la frontière chinoise et cela ne s’arrête bien évidement pas à la frontière pour ceux qui souhaiteraient poursuivre. En Asie c’est rarement des cols avec un pied et un sommet bien marqué comme c’est le cas en France, il est donc difficile d’estimer les kilomètres d’ascension, mais à titre d’information l’altitude maximale au Laos est à plus de 2800m – il s’agit du sommet Phou Bia qui se situe à l’Est de Vang Vieng – tandis que vous serez à une centaine de mètres d’altitude dans le Sud du pays.

Pour être bref, vous  passez l’essentiel de vos journées à monter et physiquement, ça secoue un peu ! C’est difficile parce que les pourcentages sont sympas mais surtout parce que le revêtement de la route à un rendement proche de zéro. A tel point que, je pense, l’état de la route représente une plus grande difficulté que la montagne elle-même.

Comme vous le savez, à vélo, les efforts ne restent jamais sans récompense et si vous grimpez c’est que les paysages aux alentours ont de fortes chances d’être plaisants. Les jeunes ne manqueront pas de courir vous taper dans la main pour vous motiver !

Le Laos à vélo

Partout il y a de la poussière en suspension et j’ai raté le peu de photos prises, d’où ce vilain noir et blanc !

Vous apprécierez également les jours de repos !

Parce qu’il vous faudra absolument récupérer de vos efforts et parce que les villes touristiques Laotiennes sont parmi les plus agréables d’Asie du Sud-Est.

Je vous ai parlé de Vientiane, si la capitale est trop calme pour vous, vous trouverez votre bonheur à Vang Vieng où je ne me suis bien sûr pas arrêté ! Ou à Luang Prabang que j’ai très apprécié. C’est une ville à taille humaine située sur les rives du Mékong, il y a énormément de temples toujours en activités, le soir, le centre s’anime d’un marché… Il y a certes beaucoup de touristes mais l’ambiance est bonne. C’est typiquement le genre de ville dans lesquelles j’adore me poser après une semaine de route et Luang Prabang est probablement celle que j’ai préféré.

Le Laos à vélo

Jeune moine à Luang Prabang.

La décontraction Sud-Asiatique poussée à son paroxysme !

Voyager à vélo au Laos ne comporte aucun risque particulier. La nourriture est saine et bonne, les guest house sont clean, les ravitaillements sont quotidiens et les gens décontractes, c’est le moins que l’on puisse dire : le hamac semble être le sport national ! Le plus compliqué n’est pas de trouver une supérette ouverte mais un employé qui ne dort pas pour pouvoir payer !

Comme je vous le disais en introduction, la côte Thaïlandaise ou les pistes au Cambodge furent parmi mes meilleurs moments de voyage, seulement, la Thaïlande sans sa côte n’aurait eu à mes yeux aucun intérêt (je n’ai pas fait le nord) et le Cambodge sans ses pistes, pas plus (la route principale est vraiment monotone). Le Laos est moins tape à l’œil mais où que vous alliez, vous aimerez. Dans sa globalité, ça en fait le pays que j’ai le plus apprécié en Asie du Sud-Est et où le contact avec les locaux fut le meilleur. 

Le Laos à vélo

Il n’y a rien de plus excitant que la piste en voyage à vélo, le nord ne semble pas en manquer pour peu que l’on ai le temps de s’éloigner des axes principaux…

 

A propos de l'auteur Voir tous les articles Site web de l'auteur

Bertrand

C’est à la suite d’un tour du monde à vélo réalisé entre 2011 et 2012 que ce blog a vu le jour avec pour objectif de mettre à disposition du futur voyageur, au long cours ou en vacances, les informations nécessaires à sa préparation.

57 CommentairesEcrire un commentaire

  • J’ai eu peur au début j’ai cru que c’était ton bronzage…
    Et pour ce qui est de l’eau, je dirai moit-moit ?! 250 ml chaque, bien que tu risques de te laver qu’à moitié !

    Concernant Luang Prabang, j’ai aimé pour sa beauté, mais le tourisme exacerbé de la ville nous a légèrement aigri. Je ne m’y suis pas bien sentie pour cette raison. En revanche nous avons trouvé un superbe hôtel que nous avons bien négocié et le proprio de l’hôtel nous a adopté et nous a donc invité à le rejoindre avec ses amis pour faire un peu la fête.

    C’est le meilleur souvenir que j’ai de cette ville.

    Sur ce je continue à suivre tes pas (roues) sur les routes où que ce soit, j’ai souvent l’impression de vivre un peu tes joies et galères.

    • En fait j’avais des bidons d’un litre et je sacrifiais souvent la moitié d’un pour tenter d’enlever la poussière l’histoire de ne pas pourrir le sac de couchage !

      Les galères en voyage sont toute relatives hein ;)

  • Très plaisant comme article Bertrand.
    Je découvre là une partie de ton voyage à vélo au Laos, expérience que je n’a pas. Ça me fait plaisir de t’entendre dire que tu as apprécié !

    Sinon je confirme que Luang Prabang et ses environs sont des lieux magnifiques pour se reposer et prier :)

    • Enfin, j’ai dit que j’avais apprécié, mais c’est parce que je savais que tu allais m’attendre au tournant :)

      Non je plaisante, c’était cool, ça me manque parfois, surtout quand le temps est froid et humide je me dis que je repartirais bien faire quelques kilomètres au soleil. Mais a défaut de les faire sur le vélo je les fait sur le clavier !

  • un bel article sur un pays peu connu. Ne pas hesiter à aller a Vang Vieng qui est redevenu calme et qui est un des plus beau coin du Laos ( il faut passer le pont et aller dans la campagne) . Un super Pays et les Lao des gens vraiment gentils

    • J’étais arrivé à Vang Vieng un matin en semaine et j’avais le sentiment que c’était un lendemain de méga teuf. Et de réputation j’avais de toutes manières décidé de ne pas m’arrêter. Peut-être que j’aurais du, ce sera pour une prochaine fois, ce n’est pas un problème :).

  • bon Bertrand moi il faut que j’arrete de te lire, que feront mes élèves de CE2 dans un mois si je pars comme ça au bout du monde ??? Cela me donne tellement envie, de lire ton point de vue et tes ressentis me font prendre conscience que j’aurai les miens propres aussi si enfin je partais…du coup je vais m’en donner les moyens cette année ;-) merci bcp et continue d’écrire !!! PLUS :-)

    • Premier message ici, quel honneur ! Tu peux employer le futur directement, tu va partir :). Mais tu as raison, tu ne peux absolument pas laisser tes élèves seuls cette année. Ceux de l’année prochaine par contre ne sauront pas ce qu’ils manquent donc ce ne sera pas un problème, tu pourra penser à toi et rien qu’à toi :)

  • Bonsoir,
    Et tout d’abord meilleurs vœux pour 2014 ! Que te souhaiter ?… De nombreux autres voyages en vélo ! ;-)
    Très sympa à lire cet article : j’ai eu l’impression de découvrir le Laos, pays que je ne connais pas, les efforts en moins ! J’ignorais que le relief était aussi marqué ! Et un détour de 80 km !!! Impressionnant ! Pour avoir loué une fois une voiture en Asie, c’était en Malaisie, je me suis dit “plus jamais, tant cela manque d’indications” alors en vélo !!!… Tu n’as jamais de moment de découragement sur les routes ?

    • Le plus décourageant c’est lorsque tu demandes ta route et que la personne connait mais est incapable d’indiquer la droite ou la gauche avec sa main :). Non, jamais je ne me suis senti découragé, parfois énervé mais il n’a jamais été question d’abandonné, de remettre en question le voyage ou quoi que ce soit. J’avais signé pour le meilleur et pour le pire, jusqu’à ce que Vancouver nous sépare, j’ai donc conservé le meilleur et fait du pire du bon quand même et ai rejoint Vancouver happy :)
      Pour 2014 ? Une forme du tonnerre, je compte bien faire péter les chronos en course à pied ! Même si pour l’heure je suis coincé avec une périostite à chaque tibia !
      Bonne année à toi, merci ;)

  • Tu m’étonnes que le Laos, ça doit être top à vélo, à part pour la poussière. Ta photo me rappelle un autoportrait au Cambodge après avoir fait la route à l’arrière d’un pickup !
    Vang Vieng, moi aussi j’avais zappé. Plus je croisais de monde qui m’expliquait à quel point cet endroit été cool mega machin j’sais pas quoi, et plus je m’étais dit que non, ça ne semblait pas correspondre à ce que je cherchais.
    Vientiane, drôle de capitale en effet. J’en garde le souvenir de moi assis sur une terrasse à me dire, “oh tiens, une voiture”. C’est vraiment à l’opposé de l’image que l’on peut se faire d’une capitale asiatique.
    Je ne connais pas trop les routes du nord par contre, car j’avais pas mal voyagé en bateau. Il t’aurait fallu un pédalo Bertrand, quoique, avec les speed boat :-( (quelle plaie ces trucs) !
    Et bien ton billet m’a en tout cas rappelé de très bons souvenirs de ce pays que j’avais oublié, rien que pour ça, bien joué :-)

    • Il me semble que j’avais vu cette photo de toi. La poussière c’était marrant mais c’est vrai qu’il ne faudrait pas rouler trois mois dans ces conditions, c’est un coup à encrasser le moteur !

      On m’avait conseillé le bateau pour éviter une portion difficile, mais il suffit que l’on me dise ça pour que j’y aille à vélo :).

  • Bonjour
    Que de bon souvenirs tu nous rappelles…c’était en 2008, 3 mois a tandem au Cambodge , Laos (De loin le meilleur souvenir de ce voyages) et Thaïlande.
    En plus tu empreintes les mêmes routes que nous !
    Que du bonheur de lire tes posts !
    Bonne et heureuse année 2014.
    Pierrette et Roland

  • Tu sais que j’étais à Barcelone, et Montpel pour la fin de l’année, et j’ai enfourché un vélo, et maintenant je pense à toi et ton blog à chaque fois que je trouve un vélo, tu vois je te l’avais dit que l’assimilation psychologique se fera naturellement, et je ne suis pas le seul à qui ça arrivera ;)

    Carrément que ça doit être une expérience unique le Laos en vélo, et surtout le camping qui doit être juste magique, avec des paysages comme ça, tu n’as plus envie de repartir. Par contre pour la poussière on reviendra ! Au fait c’est quoi la marque de ton Bike ?

  • Je ne ferai pas cette expérience de voyage à vélo (trop sportif pour moi et j’en serai incapable physiquement de toute manière). Mais j’adore lire tes expériences. Je trouve ça génial de faire un voyage à vélo ou à pieds. Cela doit procurer un sentiment de liberté encore plus grand qu’avec un voyage en bus ou autre…
    En tout cas, c’est chouette d’avoir tes impressions sur le Laos puisque j’y serai d’ici 2-3 mois… :)
    Au passage… Bonne année 2014 et plein de voyages :)

    • Merci, bonne année à toi :).
      Le voyage à vélo procure la liberté qu’à partir du moment où l’effort ne devient pas une contraire et où le physique n’est pas un frein, dans la limite du raisonnable bien sûr.
      En y allant progressivement et intelligemment la forme vient très vite, mais on est tous différents et je comprends très bien que l’on puisse ne pas en avoir envie. Même si je voyageais de manière “ordinaire” je pense que j’irais courir plusieurs fois par semaine car mon corps et mon esprit en ont besoin pour fonctionner ! Que ce soit à vélo ou en tour organisé, le plus important c’est d’être heureux dans ce que l’on fait :)

  • Hello Bertrand,
    Quelle belle aventure !
    Avec Franck, lors de nos voyages en indépendants, on loue souvent des vélos pour des balades ou des courts trajets. J’avoue que je ne suis pas très endurant (un vrai boulet quoi) pourtant j’aimerai tenter l’expérience sur le plus long terme. C’est un moyen de transport génial pour prendre son temps et aller à la rencontre des locaux. Ton article m’a aidé à prendre ma 1ère résolution de l’année 2014 : faire + de vélo ;)

    • Salut Richard,
      Si des bonnes résolutions commencent à se prendre sur le braquet c’est bon signe :).
      Non, mais si l’envie est là le plus gros du travail est déjà fait, l’endurance c’est vraiment ce qu’il y a de plus facile à travailler, pour cela il suffit de… voyager ! En augmentant progressivement les kilométrages ça va venir naturellement.
      Premier commentaire ici je crois, bienvenu ;)

  • C’est marrant, j’avais ressenti la même lassitude, puis le même émerveillement que toi, mais pas pour les mêmes pays.

    Cela ne devrait pas te surprendre, mais c’est en Thaïlande que j’ai commencé à être blasé, à croire que je me lassais du voyage. Puis je suis arrivé au Cambodge. En quelques heures, sans avoir rien vu et rien fait d’intéressant, j’ai senti que c’était différent, je suis tombé sous le charme :)

    • C’est vrai que dès la frontière cambodgienne passée, tu sens tout de suite que tu n’es plus en Thaïlande, ne serait ce que pour le niveau de vie. Le Laos et le Cambodge ça reste mes deux pays préférés en Asie du Sud-est, à vélo.

    • Je suis surpris par vos préférences. De mon point de vue, les populations les plus accueillantes se situes plus en Malaisie, en Thaïlande, et au Vietnam, tout cela hors des circuits touristiques.
      L’accueil au centre du Vietnam, pour un cycliste, est divin, surtout quand on arrive du centre du Laos où j’ai trouvé en général un accueil des plus froids. J’ai rencontré beaucoup de gens, cyclistes ou motocyclistes qui me racontaient leurs désillusions dans ce pays qu’ils pensaient exceptionnellement sympa… et ils raccourcissaient souvent leur séjour pour passer dans un pays limitrophe. Ma dernière expérience remonte à quelques semaines. Mais il y a trois ans j’avais constaté la même chose. Bien sûr, il y a des gens sympas partout comme il y en de désagréables. Le Laos est pour moi le pire d’Asie du Sud Est.
      Il y a de beaux paysages au Laos, mais visiter voir le Mekong aux 4000 îles est bien plus sympa du côté cambodgien que du côté Laotien car plus sauvage, peu ou pas d’infrastructures touristiques.
      Les routes sont souvent très mauvaises, si l’on sort des sentiers battus au Laos. Les prix sont plus élevés aussi et la corruption, notamment aux passages de frontières sont pénibles.
      La Thaïlande est le top pour moi. Nombreux axes routiers avec des routes tranquilles, pas toujours bien bitumées, parfois en pierre ou en terre, mais tellement sympas. Mais il faut un bon GPS et une bonne carte. Dans les villages, les gens sont très gentils, les prix sont raisonnables par rapport au Laos et au Cambodge, le camping sauvage trés facile, un bonheur pour moi. Seul le sud est different car moins de routes.
      Le dépaysement y est certes moins important que dans les autres pays cités car plus modernes.
      Les paysages sont sympas aussi au Vietnam. seul problème rencontré, la conduite des Vietnamiens et leurs coups de klaxon.
      C’est aussi le pays le moins cher de la région, et on y mange très bien.
      C’est surtout le pays où les gens m’ont paru les plus intéressé par les cyclistes.
      Bien sûr, j’ai évité souvent les endroits les plus touristiques, préférant partager le quotidien des gens des campagnes ou des petites villes.
      tout ceci est personnel mais apparemment partagé avec pas mal de gens rencontrés.
      Mon classement pour les pays du sud-est où j’ai parcouru 20000 km serait le suivant :
      1. Thaïlande. 2. Cambodge. 3. Malaisie. 4. Vietnam. 5. Laos. 6. Singapoure. Je n’ai pas pédalé en Indonésie ni en Birmanie.
      En revanche, la carretera austral, géniale il y a cinq ans. J’espère qu’elle l’est toujours…

    • Je n’ai pas roulé autant dans ces pays, je ne les ai pas visité de fond en comble mais n’ai que fait les traverser, probablement pas toujours par les meilleurs itinéraires, je pense notamment au Vietnam du sud… D’où peut être les avis divergents, mais quand bien même l’itinéraire n’aurait pas été le meilleur il fait malgré tout parti du pays. J’ai par exemple préféré la traversée du Cambodge par les pistes ou longer la mer en Thaïlande, mais foncièrement, au delà de l’amusement conditionnel, j’ai préféré le Laos.
      Après je ne demande pas à être le centre du monde lorsque je voyage, je préfère les doux namasté au loin des Népalaises que ce vieux Cambodgien qui me ressert 15 fois fois de l’alcool alors que je lui dit stop. Je ne supporte pas l’excès d’enthousiasme qui casse toute la magie de ce que pourrait être une rencontre saine et équilibrée. Avant d’entrer au Laos, j’ n’attendait qu’une chose : quitter l’Asie, je n’en pouvais plus de cette superficialité. La Laos m’a permis de finir le sud-est sur une bonne note, et la Chine m’a réconcilié avec l’Asie, puis il y a eu la Corée et le Japon…
      Mais aujourd’hui tout cela est loin, je ne fais que relater les émotions du passé sans y être resté accroché, il n’y a plus vraiment de bons et mauvais souvenirs il y a Le voyage dans sa globalité.

      Concernant les frontières je n’ai eu de soucis nul part, le passage Thailande – Cambodge était de loin le plus bordélique mais tout c’est néanmoins bien passé. J’ai eu le visa en deux minutes à la frontière Vietnam – Laos et ai payé le prix officiel.

  • Salut Bertrand,

    On n’a pas encore prévu de faire le Laos à Vélo (qui sait ;-)) mais on se réjouit déjà d’y arriver… Tous le monde sans exception nous dit du bien du Laos, de ses paysages et de ses habitants. Car après maintenant presque 2 mois en Thaïlande, Cambodge et Vietnam, on en a besoins.
    On a bien sur adoré les paysages magnifiques qu’on y a trouvé, les temples d’Angkor, les plages, la jungle ou encore le delta du Mékong. Mais on est gentiment fatigué et usé de devoir constament négocier, d’avoir des prix différents des locaux, de ne jamais savoir si les gens sont honnêtes ou simplement intéressés par notre argent (il y’a tellement de touristes à plumer)… pas facile à gérer et très fatiguant sur le long terme. Dommage car ces pays sont magnifiques… (on va essayer de faire une petite reflexion sur le sujet dans un prochain article)

    • Salut Benoit,
      C’est exactement cela qui s’est passé dans mon cas. Comme j’étais jeune et naïf :), je voyais l’Asie du Sud-Est comme une terre de sagesse et j’y ai trouvé le vice plus que partout ailleurs, y compris au Laos (en moindre proportion), donc j’en était fatigué et déçu, si bien que je finissait par voir le mal partout. Je commençais à me remettre moi-même en question, pensant que quelque chose ne tournait pas rond dans ma tête, car je semblait être le seul à être exaspéré par toute cette débauche (qui se limite heureusement aux villes touristiques).
      Dans les campagnes Chinoises la vie est au moins aussi dure que dans le Sud-Est et jamais on ne m’a fait payer plus que le prix, jamais on ne m’a demandé d’argent, c’était même tout le contraire, quand je n’avais pas la somme exacte en petite monnaie, ils prenaient ce que j’avais et me laissaient partir, d’autres clients allant même jusqu’à payer la différence ! Les fois où je suis resté plusieurs jours en compagnie de Chinois, ils refusaient carrément que je sorte le moindre sou de ma poche. Tout cela le plus naturellement du monde et sans rien attendre en retour. Et bien sûr l’alcool, la drogue et la prostitution avaient disparu. Preuve que la pauvreté n’est aucunement responsable de la situation en Asie du Sud-Est. C’est pourquoi je suis tombé amoureux de la Chine :).
      Alors du coup j’ai gardé un avis mitigé à propos du Sud-Est. Je me suis amusé sur le vélo certes, mais sur le fond je ne sais pas trop quoi en penser. Est-ce que la partie émergée de l’iceberg est représentative du tout, ou est-ce qu’elle est seulement trop encombrante pour le simple touriste qui est de passage ? Si sur l’instant il m’est arrivé d’être très remonté aujourd’hui ce n’est pas l’image que j’ai envie d’en garder et comme je suis optimiste j’ose espérer que je me suis fait berner par les apparences ! C’est en très grande partie les jeunes qui me permettent de relativiser le bilan. Trop de rires sur les visages pour que j’en garde un avis négatif :)

    • Salut Bertrand,

      Ohhh comme on te comprend… On a tellement adoré la Chine pour toutes les raisons que tu mentionnes (même si les chinois ont quelques habitudes un peu crado auxquelles il faut se faire ;-)). Du coup pour nous le contraste a été assez fort quand on est arrivé en Thaïlande et encore plus au Cambodge… Maintenant on ne sait jamais sur quel pied danser, si les gens sont honnêtes ou si on est encore en train de se faire arnaquer une Xième fois… Du coup on est devenu méfiants et il y’a encore tout le côté prostitution qui vient ternir un peu plus le tableau! Mais on essaie de faire abstraction et de profiter des endroits absolument incroyables que l’on voit… On essaie aussi de comprendre pourquoi les choses fonctionnent ainsi… y’a-t-il simplement trop de touristes à plumer en Asie du sud-est? Mais comme tu le dis, juste pour les sourirs sincères de la toute jeune génération, ça vaut le coup de creuser un peu plus ;-)

  • Bravo, c’est vraiment de l’aventure, ça me convainc que le vélo, c’est la meilleure façon de voyager. Pourquoi ? Parce que on profite de chaque instant, alors qu’avec la voiture ou le bus, on ne profite vraiment que des moments hors trajet. Merci pour ta réponse précédente
    Une question : Les moustiques au Laos ?

    • C’est exactement l’argument que j’avais donné dans l’article “Pourquoi voyager à vélo ?” :).

      Les moustiques ? Pas du tout. J’ai eu énormément de moustiques en Malaisie et dans le sud de la Thaïlande avant de rejoindre la côte, surtout dans les champs de palmes, puis plus rien plus au nord.

  • Bien d’accord avec toi sur le calme du Laos ! Le 1er jour à Vientiane, en remontant la route menant à l’arc de triomphe sur nos vélos on se demandait presque si une épidémie n’avait pas ravagée la population tellement on était seul. On arrivait de Bangkok aussi :)

  • Bonjour!
    Nous t’avions contacté l’an dernier pour avoir des conseils sur la Thaïlande à vélo. Nous sommes un couple avec 3 filles de 2, 5 et 7 ans et nous voyageons à vélo. Nous avons suivi tes conseils et avons longé la côte est pendant 800 kms. C’était top. Un grand merci donc pour tes conseils et articles ! Nous avons apprécié, et n’avons pas croisé bcp de touristes (à part à Hua Hin). Pour ce noel, on souhaite repartir en Asie. On hésite entre retourner en Thaïlande faire la côte ouest ou bien un autre pays comme le Laos. Nos critères de choix : peu de touristes, conditions sanitaires correctes (nous ne sommes pas exigeants, mais il faut veiller à la santé des enfants. La Thaïlande c’était le grand luxe!), et surtout un itinéraire PLAT. Nous comptons rouler 700 à 800 kms en 3 à 4 semaines. Que nous conseillerais tu?

    • Bonjour,
      C’est sympa d’avoir des nouvelles :). Je suis content si la Thaïlande vous a plu. Toute la partie sud du Laos, jusqu’à Vientiane, est totalement plate, par contre il n’y a pas la mer et ce sera peut être moins amusant pour les enfants.
      Peut-être voir du côté de l’Indonésie s’il n’y a pas un itinéraire plat en bord de mer ou en quittant le sud-est, du côté du Sri Lanka. C’est ce qui me vient en tête par contre je n’y suis pas allé et ne connais les conditions sanitaires.
      Si vous ne tenez pas absolument à voir la mer, le Cambodge et le Laos (sud) sont plats. De Phnom Penh à Pakse il y a 600 Km le long du Mekong qui semblent sympas avec les célèbres îles de Si Phan Don.
      A l’année prochaine :).

    • bonjour,
      J’ai effectué un périble de 2 mois au Sri Lanka en 2013…. très agréable et surtout je pense qu’il faut y aller rapidement, car la volonté politique local est d’accueillir encore plus de touriste….. et d’ici peu, la fréquentation étrangère aura un impact important sur la culture locale, sur le sincérité du contact entre les voyageurs et les sri lankais….
      Pour les enfants, je pense que cela peut être un pays sympa, agréable, pas de soucis en terme de sécurité, toute les routes, pistes longeant la côte sont assez plates….
      Bonne balade a vous…
      fabrice

  • Bertrand bonjour,

    Peux tu me dire quand as tu voyagé au Laos ? Je dispose de deux mois et demie et j’ai bien envie d’aller faire un tour en Asie… Pour l’heure j’ai déja roulé quelques mois au Viet Nam en 2009 (un peu le même regard que toi sur ce pays), le Sri lanka 2013 (j’ai beaucoup apprécié, d’autant que cela faisait quelques années que je n’avais pas roulé ;)) )….. Je ne connais pas le Cambodge, Laos, Thailande….. oui, je pense que j’ai encore pas mal de chose a voir, des gens a rencontrer… des pistes a découvrir… Donc, pourrais tu me donner tes conseils sur une éventuelle destination…
    Merci
    fabrice
    (le site que j’indique est le celui que j’avais conçu pour en voyage au début des années 2000… ce voyage avais connu une fin particulière …. )

    • Bonjour Fabrice,
      J’avais quitté Singapour le premier janvier en direction du nord donc je dirais que j’étais au Laos en Février. Pourquoi ne pas longer la côte thaïlandaise, traverser le Cambodge puis monter directement au Laos ? Après j’aurais plutôt tendance à te conseiller la Chine que le Sud-est ou de mixer entre les deux. Je suis fan de la chine :).
      A bientôt.
      Bertrand.

  • Bonjour,
    On part mi novembre pour 5 semaines. Comme d’hab, je me demande à vélo ou pas? Comme on n’a que 5 semaines (mais c’est déjà pas mal…) j’ai bien envie de faire des tronçons en vélo et puis découvrir les villes et je pense aussi que ça aide au contact. Ma question: est-ce qu’on va pouvoir mettre notre vélo dans les bus-trains-ou bateau pour les grandes distances? ( notre vol international arrive à Bangkok). Merci pour votre retour, votre article m’a vraiment donné envie de remonter sur ma selle

    • Bonjour,
      Merci pour votre message.
      Je n’ai pas eu à voyager en transport en commun dans cette région, mais j’avais rencontré (au Laos) un français en vélo couché qui prenait régulièrement le bus, vu l’encombrement de l’engin, je pense qu’il n’y aura pas de soucis pour des vélos droits. J’avais aussi roulé avec un allemand en Thaïlande qui m’avait quitté pour rejoindre Bangkok en train, depuis le sud… Donc à priori ça fonctionne pas mal en train et en bus. Pour le bateau, c’est certain.

  • Bonjour Bertrand,
    D’abord toutes mes félicitations pour ton blog que j’ai découvert il y a quelques jours et dont j’ai déjà parcouru une bonne partie, tu abordes tous les sujets de A à Z, c’est la Bible des cyclo-randonneurs ;-)
    J’ai particulièrement apprécié la partie où tu donnes de très bons conseils pour bivoiquer dans la nature et le stress que cela peut engendrer au début. Très intéressant aussi l’alimentation en randonnée et ta recette danoise.
    Comme toi, je suis tombé amoureux de la Chine que j’ai visitée 3x, aussi Thaïlande 3x néanmoins pas à vélo. Jusqu’à présent, je n’ai randonné à vélo qu’en Europe mais je me prépare un nouveau vélo pour un voyage en Asie/Amérique avec arrivée à Bkk, remonter sur Chiang Mai, Laos, Cambodge, Vietnam, Chine et Philippines.
    Avant je bossais comme un dingue et jamais le temps d’approfondir un pays avec la bicyclette, juste 2 ou 3 semaines de vacances par avion, train, bateau, bus …
    Dorénavant, je suis un “jeune” retraité et je compte bien en profiter un maximum.
    Où pourrais-je voir tes itinéraires et notamment celui de la Chine.
    En 2008, j’avais obtenu un visa de 6 mois multi-entrées pour la Chine mais la durée des visas a peut-être changé depuis, et toi quel visa avais-tu?
    As-tu toujours utilisé le pneu “Dureme” qui est maintenant devenu le “Mondial”, même pour les pistes et chemins de terre du Laos et Cambodge?
    N’est-ce pas nécessaire de s’équiper de pneus VTT pour randonner sur les pistes humides d’Asie, Alaska et Canada?
    Jusqu’à présent, je roule en “Marathon” et “Marathon Plus” et j’en suis enchanté, pour moi c’est le meilleur pneu pour randonneurs, il est très efficace sur route mais moins sur piste. Qu’en penses – tu?
    D’où es-tu exactement? J’ai lu que tu es proche du GDL, moi originaire de Longwy.
    Merci d’avance pour ta réponse.

    • Bonjour Jean,
      Merci pour ton message et toutes mes félicitations pour être arrivé jusqu’à la retraite :).
      Je suis de Saulnes exactement, à deux pas de Longwy.
      J’ai mes itinéraires exactes tracés sur les cartes papiers que j’ai utilisé mais je peux te les indiquer par écrit. Pour la Chine, j’ai passé la frontière à Boten -> Kunming par G213 -> Chengdu par G108 -> Xian par G108 -> Shanghai en train, que de bons souvenirs en remettant le nez dans la carte :). Après si j’avais eu plus le temps j’aurais probablement été un peu plus à l’ouest vers Dali, mais je ne regrette aucunement.
      J’ai eu un visa d’un mois obtenu au Laos (le plus simple à l’époque) que j’ai fait prolongé d’un mois à Chengdu.
      Pour les pneus, tout le voyage s’est fait en Dureme, je dirais que son remplaçant est le Deluxe aujourd’hui. Je n’ai eu aucun soucis avec sur les pistes (le dernier voyage au Vietnam, je suis passé sur des portions vraiment VTT et c’est passé sans problème, avec le poids il n’y a pas de perte d’adhérence), si je devais refaire le même voyage aujourd’hui j’opterais pour les Deluxe, si je devais faire un voyage majoritairement sur piste, ce serait les Mondial (car disponibles aussi en 2.15). Je n’ai jamais roulé en Marathon ou Marathon Plus, ceux cités précédemment sont plus légers et le rendement est meilleurs, mais ce n’est pas vital pour autant !
      A bientôt.

  • Hello Bertrand,

    Merci pour ta réponse, en effet, nous étions presque voisin. Maintenant, je suis sous le soleil de l’Afrique depuis quelques années.
    Dis-moi Bertrand il y a de fameux randonneurs à Saulnes, récemment j’ai visité le très beau blog de Loic, vous êtes vraiment 2 champions, dommage en Iran … rouler à 2 pas facile, un veut aller à gauche et l’autre à droite, un souhaite s’arrêter et l’autre continuer. J’ai déjà connu cela plusieurs fois dans les randos, avec un de mes fils et connaissances, raison pour laquelle je vais partir seul.

    A plusieurs reprises, j’ai parcouru le site Schwalbe et je n’ai pas vu les Deluxe, peut-être que ce modèle a été remplacé.
    En tout cas, début 2005 lorsque j’ai acheté mon très bon vélo de randonnée en Allemagne, il était équipé de série de Marathon. En 2012, comme ils étaient sur “la corde” je les ai changé par des Marathon Plus chez les Ets Ducreuzet (magasin que je recommande) à Longwy-Haut.
    Peut-être ne vas-tu pas me croire mais depuis 10 ans, je n’ai connu aucune crevaison.
    Voilà pourquoi je disais que le Marathon Plus et Marathon Plus Tour sont supérieurs aux autres modèles, (y compris supérieur au Mondial protection seulement de 3mm), ils sont les 2 seuls pneus avec la protection “smartguard” maximale de 5mm et maximum de durabilité au niveau du kilométrage.
    Ceux qui souhaitent prendre la piste, le Marathon Plus Tour sera plus indiqué de part son profil tout terrain.
    Pour moi, les critères principaux étant la protection anti-crevaison incomparable, le kilométrage imbattable (j’utilise mon vélo au quotidien car pas de voiture + randonnées) et tenue de route très bonne. Peu importe s’ils font 100 gr en plus.

    Concernant le vélo noir avec cadre Reynolds que tu as monté et mis en vente, il est vraiment très bien, j’envisage de m’en monter un comme celui-là mais peut-équipé d’un moyeu Rohloff, garde-boue, porte-bagages ar/av et éclairage (moyeu Son). Vu que je vais l’utiliser chaque jour, il m’arrive de rouler après le coucher de soleil donc l’éclairage est indispensable.
    Je sais que beaucoup de cyclo-randonneurs font l’économie de phares afin de réduire le poids mais quand même on rencontre de nombreux tunnels et aussi par temps de grosse pluie, la sécurité d’abord!!!
    Avec l’âge qui passe on s’assagit et la vitesse a moins d’importance surtout en randonnée de plusieurs mois.
    D’ailleurs, je roule sans compteur de vitesse depuis 8 ans, je l’ai perdu et pour finir j’ai pris l’habitude de rouler comme cela.
    Je sais beaucoup de cyclos vont dire “mais comment fait-il?”
    En fait, chacun on roule en regardant constamment la vitesse du moment, la distance parcourue, la moyenne, éventuellement la température et l’altitude pour certains. Un peu comme ceux qui sont accros à leur Iphone.
    Inconsciemment, cela modifie le comportement sur le vélo, la force que l’on applique sur la pédale, on veut tenir la vitesse de la veille ou la moyenne même s’il y a plus de vent ou qu’il y a plus de côtes qu’hier.
    A mon âge (53) je me fous de savoir que je roule à 23 ou 24 km/h, que je suis à 2.350m ou 2.400m d’altitude ou qu’il fait 28 ou 30º, ici en Afrique c’est plutôt 40 ou 50º, cela ne change au plaisir du vélo et à la beauté de la montagne.
    Je ne prépare rien et m’arrête pour bivoiaquer quand j’ai envie ou lorsque mon corps me le demande, peut importe si j’ai roulé 50 ou 130km, voilà pourquoi il est possible de se passer d’un compteur moderne de vitesse.
    Sorry, si j’ai fait un peu de philosophie à ma manière mais j’ai beaucoup apprécié tes valeurs, ta façon de voir les choses et ta philosophie par rapport à la randonnée.
    Comment puis-je acheter et télécharger ton livre, le prix?
    Au fait, dernière question les V-brakes sont-ils suffisant dans les montagnes avec une remorque? Ou freins à disques par câble?
    Merci et à bientôt.
    Jean

    • Salut Jean,
      Oui 2 “Tourdumondistes” à vélo sur 2500 habitants, c’est une bonne moyenne ! J’ai recroisé Loic deux ou trois fois depuis son retour, tout va bien, mais le voyage devait se passer seul, le destin :).
      Je viens de jeter un œil sur le site Schwalbe et en effet le Deluxe n’y ai plus, je ne sais pas qu’elle est son remplaçant aujourd’hui, il avait le même profil que le Marathon alors peut être n’ont t-il conservé que celui-ci bien que la gamme n’était pas la même. Je me pencherai sur la question semaine prochaine, j’aurai un peu plus de temps, je vois qu’il y a aussi des nouveautés…
      Je fais partie de ceux qui font l’économie des phares car je n’en ai pas eu l’utilité pendant un et ai toujours pu faire avec la frontale en cas de besoin. Pour le compteur, je roule également sans compteur ici chez moi mais en voyage, lorsqu’on est contraint par le temps et donc par un certain rythme journalier il est préférable de savoir où l’on en est. Au long cours c’est plus faisable mais sur des portions type la Dalton Highway où il n’y a pas de ravitaillement et dans un environnement où tu n’as plus aucun repère de temps (pas de nuit) et de distance (immensité de la nature, difficulté des routes) il est également bon de savoir où tu en es.
      Le livre est ici : https://www.lebraquetdelaliberte.com/livre-tour-du-monde-a-velo (c’est le gros bouton vert sous l’illustration :)).
      Pour les freins, je ne me suis jamais senti en danger avec les Vbrake. Ceux qui roulent énormément et empruntent beaucoup de pistes peuvent préférer les disques pour ne pas bouffer les jantes à vitesse grand V et les patins, c’est selon les conditions aussi. Laurent (Simon) a fait ce choix sur son dernier vélo, mais il a roulé en Vbrake jusqu’à présent et sans soucis, malgré les 70/80 Kg de son vélo (hors bonhomme).
      A bientôt.

  • Hello Bertrand,

    Merci de me faire profiter de ton expérience.
    J’ai oublié de te préciser que mes 2 vélos (VTT et randonnée) sont équipés de freins à disques hydrauliques Shimano XT, donc aucune expérience avec V-brake.
    Lorsque j’ai randonné dans le sud de la France en 2005, vers Barcelonnette sur le col de la Cayolle, col de la Bonette et autres hauts col, les freins sont mis à rudes épreuves dans les longues descentes surtout avec 4 sacoches ou remorque bien chargée.
    Depuis 10 ans, je n’ai eu aucun souci avec les freins à disques hydrauliques mais mon prochain vélo de voyage sera certainement équipé de disques à câble ou V-brake.
    Pour me repérer dans le temps ou les km, il me suffit de voir combien d’heures j’ai pédalé, vu que sur bonne route je roule à +ou- 20 km/h, suivant l’orientation du vent, il me suffit d’additionner les heures pour connaître les km parcourus.
    Je peux aussi suivre les villages et villes sur ma carte, c’est une question d’habitude.

    Ok merci pour le lien de ton livre, je te conseille de le mettre plus en évidence sur ton blog car pas facile de le trouver.
    A bientôt et bonne chance.
    Jean
    En tout cas c’est une très bonne idée que tu as eu d’utiliser le téléchargement et d’éviter ainsi les profits d’un éditeur.

    • J’ai mentionné le Vietnam relativement aux pneus mais je peux également le mentionner relativement aux V-Brake puisque j’ai fait des descentes de col par les sentiers avec le chargement. Dans ces conditions extrêmes j’aurais préféré des disques pour ne pas creuser les jantes ou ruiner les patins en 10 Km, mais le freinage en lui même était suffisant pour que je ne finisse pas dans le décor, ce qui laisse de la marge en condition normal.

      J’entends bien pour l’organisation sans compteur, j’ai géré de la sorte lorsque j’étais en panne de compteur, mais sans village et dans des conditions exceptionnellement difficiles où la moyenne est fortement revue à la baisse c’est une autre histoire. C’est toujours faisable, mais je fais le choix de me simplifier la vie tout de même.

      J’utiliserais éventuellement un éditeur (et pas n’importe lequel) dans le cas où je ferais passer un message qui doit être diffusé en masse, mais ce livre se voulait plus modeste :). Je l’ai fait pour le plaisir, je n’ai pas même cherché à booster les ventes, partant du principe qu’il serait découvert par qui doit le découvrir. Mais dès que j’aurais un peu plus de temps je réfléchirais à optimiser un peu le blog pour rendre le contenu un peu plus accessible peut être et la navigation plus fluide. Revoir certaine choses de manière générale…

      A bientôt.

  • Merci Bertrand, ton blog et tes conseils judicieux (ainsi que le blog de Loic) me seront précieux pour monter mon vélo et préparer mon voyage.
    J’espère que tu réaliseras ton projet de monter des vélo à grande échelle et pourquoi pas ouvrir un magasin (peut – être sur Internet pour commencer), je serai un de tes premiers clients.
    Bonne continuation à toi. ;-)
    Jean

  • Salut Bertrand,
    ton récit sur le tour à vélo au Laos fait vraiment rêver. J’aimerai beaucoup recevoir un ou plusieurs conseils de ta part. Au mois de février, je vais me rendre au Laos pour une durée de 14 jours (vol Bangkok-Ventiane-Bangkok). J’aimerai beaucoup me rendre à Luang Prabang, si possible à vélo (puis retour en bus). La durée de mon séjour étant relativement courte, voyageant seul et pour la première fois au Laos, penses-tu qu’une randonnée en groupe organisé est faisable depuis les environs de Ventiane. Est-ce préférable de partir seul? Est-il possible de louer un VTT à Ventiane?
    Merci d’avance pour tes précieuses réponses.
    Arnaud

    • Salut Arnaud,
      Merci pour ton message.
      Une randonnée organisée est probablement faisable mais je ne suis pas certain qu’il y ai ce genre d’organisation au Laos. Quoi qu’il en soit j’y préférerais la solitude. Il faudrait me payer très cher pour m’embarquer dans une rando organisée :). Vientiane – Luang Prabang c’est 350 Km, donc tu as largement le temps, en comptant très large c’est 7 jours, en comptant “normalement” c’est 4,5 jours.
      Pour la location je ne sais pas mais je peux te filer un contact qui saura te répondre.
      A tout de suite par mail.

  • Bonjour,
    J’ habite en Thailande depuis huit ans, et je n’ ai rien a vendre .
    Ma province Sakon Nakhon en Issan; vélo pas tous les jours mais presque ce qui donne environ 15.000 km par an sur un Wheeler Pro 10 avec des Schwalbe Marathon Plus qui ont fait , pour les premiers uses maintenant, 22.000 km sans aucune crevaison .
    Pneus qui avaient été achetés au Japon et apportes ici par un neveu qui venait me rendre visite.
    La deuxième paire, achetée en France a eu un léger problème; un des pneus , monte a l’arrière, s’est détérioré très rapidement sur la tranche extérieure ; je suppose problème de fabrication;
    ils sont tous fabriques en Malaisie ;
    pour le moment remplace par un Bontrager qui tient le cout malgré mes presque 90 kg et souvent une bonne dizaine de kg sup sur le porte bagages;
    je n’ utilise plus du tout de sacoches mais une grosse boite en plastique d’ environ 40 litres;
    avec deux sandows, c’est comme soude au vélo;
    c’est totalement étanche, c’est en fait super et ça se démonte en trois secondes .
    ordi portable acheté en Thaïlande donc clavier qwerty, pas d’ accents mais correcteur auto qui ne corrige pas tout.

    Tout ça pour dire que j’ ai 66 ans et que dans quelques jours je pars avec un ami français faire une grande partie de ton voyage vélo au Laos;
    on va monter de Nong Khai ( j’ habite a 130 km de cette ville ) a Vientiane, puis la route 13 jusqu’à Boten ( ça vaut le coup ou pas cette ville casino ? );
    on zappe la plaine des jarres ;
    et on redescendra sur la Thaïlande par la route 3 jusqu’a Houey Xai ;
    je crois qu’ on sera oblige de mettre les vélos sur un bus ou un camion; on verra; j’espère décider un routier a gagner quelques baht vu que je parle quelque peu le thaïlandais. et ça, ça aide grandement .
    ce seront, je l’espère, les seuls km que nous ne ferons pas sur nos VTT ( traversée du Mékong la haut) car a Nong Khai on devrait traverser sans encombre sur nos montures.
    Pas encore tout lu ton blog, j’ y vais de ce pas;
    Ah oui, pour la poussière, la bonne protection c’est le passe montagne comme font les thaïlandais quand ils vont travailler dans les rizières ou les plantations d’ hévéas .
    J’ avais un site que j’ ai totalement abandonne; je mets mes photos sur le très important site anglophone Thaivisa dans la ligne Photos and the arts, tu trouveras .
    Mon pseudo est Assurancetourix .

    Michel

    • Boten, je ne me rappel même plus de quoi ça avait l’air si ça peut répondre à ta question. Je n’ai fait que passer la frontière. Par contre le pays qui se trouve derrière vaut le coup :).

  • Namaste Bertrand! Merci pour ce post très instructif sur une partie de ton voyage… incroyable expérience!
    Nous n’avons pas lu tous les commentaires (nous nous en excusons), peut-être notre question va te paraître un peu hors sujet… qui ne tente rien n’a rien!
    Nous sommes deux frenchies actuellement sur Chiang Rai et partons demain pour Phayao (nord est de la Thaïlande) pour acheter un scooter doublé d’un side-car. L’idée est d’utiliser ce bolide pour traverser le Laos du Nord au Sud puis le Cambodge puis le Sud de la Thaïlande puis… on se calme.
    Bref, ton expérience sur les routes du Laos est précieuse et peut-être que tu peux nous renseigner: penses-tu que l’on puisse tenter l’expérience en side-car vu l’état des routes au mois de Novembre? Sachant qu’en plus de nos deux masses corporelles il faut ajouter deux gros sacs à dos et matos de réparation…
    Un grand merci pour ta réponse! Bisette
    Celia & Jehanne

    • Salut C&J,
      Le hors sujet ne me dérange pas mais je ne vais pas pouvoir vous aider des masses.
      Si c’est passé à vélo, je pense que ça devrait passer en side-car, mais il y a intérêt à ce que le moteur soit un minimum puissant. A mon avis les 125 4T que l’on trouve en asie du sud-est sont déjà trop limites pour avaler les montagnes chargés.
      J’avais justement croisé un Français à Vientiane qui lui cherchait un Tuk-Tuk pour poursuivre son voyage !
      Bonne route.

  • Bonjour bertrand, je n’ai pas lu tout les commentaires qui avaient surtout l’air d’etre des messages amicaux et d’encouragement, donc tu a peut être deja répondu a cette question. Je voulais savoir si il n’y a pas de souci a camper ? Plutot seulement dans le sud ? Le long des routes, ou aux abords d’un village… , s’ aventuré en forêt est peu être dangereux(reste de mines et animaux sauvages) ? Je préférerais évidemment etre au beau milieu de la nature pour camper. Faut-il sur elever sa tente ?
    Je pars a vélo de vientiane dans quelques jours , direction le nord, je suis bien équipé en materiels de camping. Merci d’avance
    Erwan

    • Bonjour Erwan,

      Entre les différents articles moi-même je ne sais plus à quelles questions j’ai déjà répondu donc je ne t’en tiendrais pas rigueur si elle a déjà été posée :).

      Il est facile de camper partout au Laos, la seule difficulté peut venir des zones fort montagneuses où le terrain est si escarpé qu’il n’est pas toujours évidant d’y planter sa tente, mais en persévèrent on fini toujours par trouver un chemin praticable où s’enfoncer pour la nuit.

      Pour les mines, si tu t’aventures sur les pistes hors des sentiers battus, évites peut être de trop t’éloigner de la piste pour camper, je n’ai pas connu cela au Laos mais au Cambodge oui, les zones à risques étaient indiquées et moi-même je ne prenais pas de risques en m’enfonçant dans la jungle. Mines ou non, je n’ai pas forcément envie de planter ma tente au cœur d’une végétation danse, j’y préfère une place un minimum dégagée.

      Je n’ai jamais sur-élevé ma tente, excepté les rares fois où j’ai campé dans de petits abris sur pilotis. Je n’ai eu qu’une fois un soucis au Vietnam où le sol de ma tente avait été rongé durant la nuit ainsi qu’une sacoche, mais ça devait être un rongeur.

      Bon voyage ;).

  • Alala on vient de passer la journée à faire du stop entre Pakbeng et Oudomxay et je n’ai qu’une envie c’est de choper un vélo pour continuer au nord… A la base on voulait louer une petite moto mais ça restreint les libertés (et coûte cher)… Si jamais on trouve des vélos demain !
    Super post en tous cas, on arrive avec un peu la même impression que toi de blasitude des touristes d’Asie du Sud est après avoir arpenté les coins reculés en Inde du Nord est, le Laos nous fait déjà du bien au bout de 3 jours :)
    Et la photo en noir et blanc est plutôt sympa voyons !

    • Je n’avais moi-même pas fait attention au côté sympa de la photo en noir et blanc, mais c’était la plus représentative des paysages qui ne donnaient rien en couleur dans la poussière ambiante :).

      En espérant que vous puissiez trouver des vélos demains alors.

      Bonne route.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *